Les ennemis imaginaires

Ce jeu est idéal pour un événement réunissant de nombreuses personnes se connaissant ou non. Initialement conçu pour une soirée d’anniversaire de 25 ans, il est également proposé avec une variante créée pour une fête de quartier. Et le jeu est modifiable pour que vous puissiez l’adapter selon vos envies !

En feu, joue !

Le jeu se déroule en deux étapes. Tout d’abord, les joueurs et joueuses se voient attribuer une identité qui leur est inconnue et doivent la découvrir en posant des questions aux autres. Une fois celles-ci trouvées, des groupes vont se former en fonction des identités de chacun·e (par exemple les joueurs/joueuses dont l’identité est un chanteur ou une chanteuse font partie du même groupe). En réunissant les morceaux d’énigmes donnés aux participant·es au départ, les groupes découvriront leur objectif pour la seconde partie du jeu…
 

Ce qui met le feu aux poudres

La constitution de groupes avec un objectif donné à chacun va mettre les joueurs et joueuses en situation d’opposition. Seulement, rien dans les explications de l’organisateur·rice ne laisse apparaître qu’il s’agit d’un jeu compétitif. La question est : combien de temps les joueurs et joueuses vont-ils/elles s’affronter avant de comprendre que tous leurs objectifs sont conciliables (et doivent être conciliés !) et qu’il s’agit d’un jeu coopératif ?

 
Les ennemis imaginaires : Fiche d'identité
Auteur·rices : claiRe et Arthur Lefebvre
Type : Twist, négociation
Nombre de joueurs/joueuses : 15
Type de joueurs/joueuses : Ados/adultes, familles
Durée : 1 h 30 min
Nombre d'organisateur·rices : 1
Complexité d'organisation : Facile

Télécharger


 
Licence Creative Commons
Ce document est sous licence Créative Commons ce qui vous autorise à :
- Partager le document
- Modifier le document
Vous devez cependant respecter les contraintes suivantes :
- Pas d'utilisation commerciale
- Si vous redistribuez ce document ou un document basé sur celui-ci, vous devez citer les auteur·rices
- Ce partage doit se faire sous la même licence qu'employée ici
Pour plus de détails, voir le site de Creative Commons.

Soyez la première personne à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*