Le jeu des traîtres

Ce petit jeu est parfait pour une crémaillère, pour que des ami·es d’horizons différents fassent connaissance. L’idée est de pousser les gens à se parler, à rencontrer les autres groupes de la soirée au lieu de rester entre personnes qui se connaissent.

Quelques mots sur le jeu

Dans ce petit jeu d’une durée d’une heure et demie environ, chaque joueur/joueuse a un objet associé qui le/la caractérise ainsi qu’une équipe. Le but est simple : retrouver tou·tes les membres de son équipe et leur objet associé. Pour cela, il suffit de discuter avec les autres invité·es pour savoir quel est leur objet, puisque les équipes sont connues de tou·tes. En plus de cet objectif collectif, chaque joueur/joueuse reçoit également un objectif personnel.
La première équipe qui fournit un bulletin-réponse contenant le nom et l’objet de toutes les personnes de l’équipe gagne la partie !
 

L’info en plus !

L’objectif paraît simple mais imaginez certain·es joueurs/joueuses jubiler en s’apercevant que leur objectif secret est qu’ils/elles sont des traître·sses. Et que leur but est de non seulement saboter les feuilles-réponse de leur prétendue équipe, mais aussi de convaincre leur vraie équipe de les intégrer. Imaginez maintenant que tou·tes les participant·es sont en fait des traître·sses… D’un coup, l’objectif initial devient plus compliqué : à qui se fier ? Comment reconnaître ses allié·es ? Que marquer sur la feuille réponse ?

 
Fiche d'identité
Le jeu des traîtres
Auteur·rices : Arthur Lefebvre
Type : Découverte, identités cachées
Nombre de joueurs/joueuses : 12 - 30
Type de joueurs/joueuses : Ados/adultes
Durée : 1 h 30 min
Nombre d'organisateur·rices : 1
Complexité d'organisation : Facile

Télécharger


 
Licence Creative Commons

Ce document est sous licence Creative Commons ce qui vous autorise à partager et modifier le document. Vous devez cependant respecter les contraintes suivantes : pas d'utilisation commerciale, et si vous redistribuez ce document ou un document basé sur celui-ci, vous devez citer les auteur·rices et ce partage doit se faire sous la même licence qu'employée ici. Pour plus de détails, voir le site de Creative Commons.

Laisser un commentaire