La Post-Pâques – Le complot des Métas

Chaque année, la post-Pâques revient ! La post-Pâques, c’est un jeu de piste qu’on organise après Pâques afin de faire un bon goûter plein de chocolats. Cette fois-ci, les joueurs et joueuses devront déjouer un plan de domination du monde…

Quelques mots sur le jeu

En parcourant internet, les joueurs et joueuses tombent sur une page intrigante parlant d’un secret incroyable. L’auteur de l’article donne un rendez-vous précis à tous ceux et toutes celles qui désirent en savoir plus. Leur curiosité a été piquée, et ils et elles se rendent au point de rendez-vous pour découvrir de quoi il en retourne exactement…
 

L’info en plus !

Les joueurs et joueuses seront accueilli·es par des éclairés, des membres de la Société secrète des Fleurs, qui lutte contre une forme de vie intelligente méconnue : les Métas. Le but de cette organisation secrète est d’empêcher les Métas de réaliser leur plan de domination du monde. Et pour cela, ils ont besoin des joueurs et joueuses ! À travers une série d’épreuves, ils et elles vont découvrir l’alarmante vérité : les Métas sont sur le point de construire une pyramide en chocolat qui servira de puits de puissance pour asservir l’humanité toute entière. Les joueurs et joueuses vont-ils/elles réussir à retrouver le stock de chocolat des Métas à temps afin de mettre un terme à leurs agissements… et profiter d’un bon goûter ?

 
Fiche d'identité
La Post-Pâques - Le complot des Métas
Auteur·rices : Arthur Lefebvre et claiRe
Type : Post-Pâques, chasse au trésor
Nombre de joueurs/joueuses : 6 - 15
Type de joueurs/joueuses : Ados/adultes, familles
Durée : 3 h
Nombre d'organisateur·rices : 2
Complexité d'organisation : Difficile

Télécharger


 
Licence Creative Commons

Ce document est sous licence Creative Commons ce qui vous autorise à partager et modifier le document. Vous devez cependant respecter les contraintes suivantes : pas d'utilisation commerciale, et si vous redistribuez ce document ou un document basé sur celui-ci, vous devez citer les auteur·rices et ce partage doit se faire sous la même licence qu'employée ici. Pour plus de détails, voir le site de Creative Commons.

Laisser un commentaire